Evelyne Sullerot est sociologue et co-fondatrice du planning familial en France (1956).
Dès 1967, elle dispense à l’université Paris X-Nanterre le premier cours au monde sur les problèmes féminins puis se voit confier de nombreuses missions en tant qu’experte internationale sur les questions de la formation professionnelle et de l’emploi des femmes. De 1970 à 1991, elle est experte puis directrice de programme au Bureau de l’égalité des chances des communautés européennes. De 1974 à 1989, elle fonde et préside les Centres Retravailler, centres d’orientation professionnelle fréquentés par 300.000 femmes dans 271 villes de France, et adaptés dans cinq pays étrangers. Auteur d’enquêtes pour le CNRS, membre du Conseil économique et social de 1974 à 1989, elle rédige aussi de nombreux rapports ("Le travail des femmes" ; "La démographie de la France" ; "Les équipements d’accueil pour la petite enfance" ; "Le statut matrimonial et ses conséquences juridiques, fiscales et sociales" ; "La prévention de la toxicomanie", etc.).

À partir des années 1980, ses recherches socio-démographiques portent plus spécialement sur la famille et ses transformations. Présidente d’honneur de Population & Avenir, membre honoraire du Conseil économique et social, elle est élue en 1999 membre correspondant de l’Institut (Académie des Sciences morales et politiques). Elle est aussi Commandeur de la Légion d’honneur (2000) et Grand Officier de l’Ordre national du Mérite (2005). Lors de son allocution tenue à l'occasion de sa promotion au grade de commandeur dans l'Ordre de la Légion d'honneur, le 25 avril 2000, Evelyne Sullerot déclara notamment ceci : "Les associations familiales, et bien sûr surtout les plus proches de mon coeur, les AFP, ont une tâche plus difficile encore car les médias les discréditent systématiquement quand elles sont fidèles aux prescriptions que leur avait fixées la République, du temps où elle se préoccupait des familles. Tenons bon, n’acceptons pas les sophismes et les assauts destructeurs des Tartuffes de la provocation et des sexolâtres. Les “homoparents” n’existent pas, n’ayons pas peur de le dire. La politique familiale n’est plus que l’ombre de ce qu’elle fut et de ce qu'elle devrait être, n’hésitons pas à le répéter. Nous devons nous battre pour les jeunes parents : il faut qu’ils puissent, tous les deux, concilier leur vie professionnelle et leur vie familiale avec au moins deux enfants. Voilà bien le terrain, que dis-je ? le front le plus difficile à tenir : celui de l’action continue en faveur de l’avenir de la population. Je sais qu’à l’Institut on est très sensible aux enjeux démographiques. Permettez-moi de parler de cette chère association plus que centenaire, POPULATION & AVENIR, dont Gérard-François Dumont est aujourd’hui président et moi-même présidente d’honneur. C’est le seul lieu permanent, aujourd’hui, de lutte contre la désinformation démographique. On y étudie aussi bien l’inégalité géographique du vieillissement qui sclérose dejà une partie du territoire national, que les solutions qui permettraient d’éviter les injustices et les impasses du système de retraites, que l’avenir de l’Europe, de ces pays méridionaux qui vont à la catastrophe car ils n’ont pas su comprendre qu’il fallait responsabiliser et aider les femmes, les femmes étant décidément aujourd’hui la clef du problème et elles ne redeviendront pas ce qu'elles furent : casadas a casa. POPULATION & AVENIR, association irréprochable où sont également représentées la gauche et la droite préoccupées de l’avenir de la France et de l’Europe, a été calomniée par des idéologues au point que se sont taries toutes les aides publiques qu’elle recevait, naguère encore importantes. Si je me fixe une tâche encore d’action sur le terrain, c’est de parvenir à aider POPULATION & AVENIR à vivre et à publier sa revue."

Evelyne Sullerot est l’auteur de nombreux ouvrages : La Presse féminine (Armand Colin, 1964) ; La vie des femmes (Denoël-Gonthier, 1965) ; Demain les femmes (Robert Laffont, 1965 ; onze traductions) ; Histoire de la presse féminine (CNRS-A. Colin, 1966) ; Histoire et sociologie du travail féminin (Denoël-Gonthier, 1968) ; La Femme dans le monde moderne (Hachette, 1970 ; édition trilingue) ; Les Françaises au travail (Hachette, 1973) ; Histoire et mythologie de l’amour, huit siècles d’écrits féminins (Hachette Littérature ; 1974, ouvrage couronné par l’Académie française) ; Les Crèches et les équipements d’accueil pour la petite enfance, avec Michèle Saltiel (Hachette Littérature, 1974) ; L’Aman (Fayard, 1981 ; roman) ; Pour le meilleur et sans le pire (Fayard, 1984 ; ouvrage couronné par l’Académie française) ; L’Âge de travailler (Fayard 1986) ; L’Enveloppe (Fayard, 1987 ; roman) ; Quels pères ? Quels fils ? (Fayard, 1992 ; Le Livre de Poche, 1995) ; Alias (Fayard, 1996, et Le Livre de Poche, 1997 ; roman) ; Le Grand remue-ménage, crise de la famille (Fayard ;1997) ; La Crise de la famille (édition augmentée, collection Pluriel, Hachette Littérature, 2000) ; Diderot dans l’autobus, ou comment se laisser aller à des pensées incorrectes sur les moeurs actuelles et l’avenir de l’espèce humaine (Fayard, 2001) ; Silence (Fayard, 2004) ; Pilule, Sexe, ADN : trois révolutions qui ont bouleversé la famille (Fayard, 2006) ; La Famille, affaire privée et affaire publique, avec Michel Godet (La Documentation française, 2007) ; Nous avions 15 ans en 1940 (Fayard, 2010) ; Lettre d'une enfant de la guerre aux enfants de la crise (Fayard, 2014).

 
Affichage recommandé : 1600 x 900 px. Copyright © 2003-2017 Population et Avenir - All Rights Reserved - Tous droits réservés.